Carnets de route/Photos

Finish : l’apothéose birmane

[Pour vous souhaiter un TRES JOYEUX NOËL, nous vous avons réservé un petit cadeau spécial avec ce carnet de route birman. Rempli de souvenirs avec des smileys en forme de coeurs. Enorme coup de foudre pour le Myanmar. A tous ceux qui cherchent leur prochaine destination de voyage : foncez-y, les merveilles de Birmanie et le sourire des Birmans valent le détour !! Sur ce, bisous. ]

Article Birmanie-4

Pagode Schwedagon, Yangon

Premiers pas à Yangon, plus grande ville et ancienne capitale du Myanmar : nous tombons en pâmoison devant les splendeurs dorées de l’éblouissante pagode Shwedagon. La tombée du jour et la levée des lumières sur ce lieu saint hautement vénéré par les Birmans invite au recueillement et à la contemplation. Deuxième jour dans les rues de Yangon : le temps d’un marché, d’une sortie d’école et d’une visite de temple, on récolte une cargaison de sourires à vous cramper les zygomatiques ! On se promet d’achever notre plein de bonne humeur pendant ce dernier mois de voyage…

Royale Mandalay

Article Birmanie-14

Temple en teck sculpté, Mandalay

En regard de la congestion permanente de Yangon dans les embouteillages, les grandes avenues de Mandalay font figure de havre de paix pour circuler à vélo. Notez quand même que les pluies diluviennes peuvent obliger à certains détours, quand par exemple la rue que l’on veut emprunter, concave, fait réservoir d’eau pour tout le quartier ! Ancienne capitale royale, Mandalay regorge de temples clinquants à visiter, mais notre préférence va au monastère en teck sculpté, au toit minutieusement ciselé. Nous prenons aussi plaisir à déambuler dans le plus grand livre du monde. Deux des temples de la ville abritent en tout 2 503 stèles de marbre gravées, sur lesquelles sont inscrits des textes sacrés. De la lecture pour l’éternité en somme.

Visite d’un tissage, Amarapura

Nous enfourchons nos montures en direction de Bagan et en route nous faisons halte à Amarapura, sur le mythique pont en teck d’U-Bein. Vêtu de son longyi, la tenue traditionnelle birmane, Cyril fait sensation : selfie, serrage de main et photo posée avec un jeune moine. En repartant, l’œil attiré par des fils de soie séchant au soleil, nous passons une tête et les tisseurs nous entraînent avec enthousiasme dans la visite de l’atelier : teinture, bobines, métiers à tisser, ils nous montrent leurs outils de travail avec une grande fierté. Nous réitérons l’expérience à chaque atelier rencontré sur notre chemin : chez les batteurs d’or, à la fabrique de cigares ou chez les artisans de laque, l’invitation est aussi chaleureusement renouvelée.

Dédale de Bagan

Article Birmanie-29

Fin de journée en haut d’un temple, Bagan

Attention les yeux, la plaine de Bagan et ses 2 000 temples sont en vue ! Que dire face à la magie de cette errance archéologique ? Au gré des petits chemins sablonneux, nous voguons d’un temple à l’autre, jamais à l’abri de découvertes ébouriffantes. Peintures murales du XIIIe siècle, galeries souterraines, colonies de chauves-souris, terrasse panoramique, centaines de niches à Bouddha, gardienne de chèvres… l’entrée dans un temple est une source sûre en matière de surprise ! À l’exception de quelques grands sites incontournables, envahis de marchands de souvenirs, toute une myriade de temples rivalisent de beauté et de tranquillité. Seul « Adoptez-moi » (gentil chien aux yeux implorants) se tient là à nos côtés, en pleine contemplation lui aussi devant la plénitude qu’inspire ce site grandiose. Nous corsons l’exercice avec un challenge « coucher de soleil » qui nous vaut une ou deux courses contre la montre périlleuses. Bref, on finit ensablés mais ravis. Nous manquons de peu le combo « temple désert / vision à 360 sur la plaine / ciel qui s’embrase », mais même séparément ça vaut franchement le coup d’œil !

Mystique lac Inle

Article Birmanie-69

Pilotis sur le lac Inle

Il est temps pour nous de mettre le cap vers le lac Inle, qui marquera le point final de cette fabuleuse itinérance cyclable. En chemin, nous empruntons de jolies routes champêtres, où, véridique, une contre-allée est réservée aux chars à zébus ! Authenticité garantie, comme cette nuit que nous avons passée dans un monastère, sous l’étage des apprentis moinillons. L’approche du pays Shan, où se situe le lac tant attendu, fait déjà monter des étoiles plein les yeux. Après une ascension de 30 km, la station d’altitude de Kalaw nous sert de camp de base pour l’exploration de villages de montagne. Instant de sérénité dans un temple : à peine assis, les nonnes nous proposent un thé et des cacahuètes. En sortant, une fillette m’offre une fleur. Entre temps, tout le monde nous sourit ; tant de sincérité et de simplicité dans l’échange sont tout bonnement désarmantes.

Moinesses en balade

Nous roulons vers Inle à travers des collines bicolores, où la terre rouge nourrit un patchwork de cultures verdoyantes. C’est renversant de beauté. Nous arrivons finalement à Nyaung Shwe, principale ville du lac, en plein festival de Pang Daw-U, la fête la plus importante de la région. Processions sur terre et sur l’eau, mantras en boucle dans les hauts-parleurs et fête foraine viennent mettre de la couleur dans notre séjour lacustre ! La ferveur qui entoure la procession des images de Bouddha est palpable. Nous avons le privilège de suivre sur l’eau les 26 barges emmenées par des rameurs au pied : cette technique unique au monde est propre aux pêcheurs Intha, « le peuple du lac ». Nous finissons notre périple sur ces petits instants de grâce, comme tous les autres, inoubliables…

 

Publicités

7 réflexions sur “Finish : l’apothéose birmane

  1. Formidable, quel joli cadeau vous nous faites avec ses magnifiques photos.
    Un régal !!!
    Merci, merci et joyeux Noël à vous.
    Bises

  2. Bravo et un grand Merci pour ces moments d’évasions merveilleuses. Beaucoup d’émotion en regardant ces superbes photos.

  3. Vos photos sont toutes magnifiques. Absolument renversant! Bonne année 2016 à vous, à très bientôt. Caro.

  4. Merci pour ce partage les amis 🙂 Les photos toujours aussi « emportantes » (ça se dit pas mais j’invente le mot) et très bien écrit. Belle plume Cécile !

À vous : faites-nous vibrer avec vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s