Carnets de route/Photos

Cambodge : l’autre plat pays

[Et voilà on est rentrés mais on n’a pas eu le temps de tout vous raconter… alors on fait durer le plaisir avec de nouveaux carnets de route en stock. Aujourd’hui sur votre blog de voyage préféré : les Selles & Poivre au Cambodge !]

Merveilles des temples d'Angkor...

Merveilles des temples d’Angkor…

10 000 km ! C’est en arrivant à Siemp Reap, aux portes des merveilleux temples d’Angkor, que nous franchissons ce cap symbolique. Depuis 9 mois sur la route, nos vélos ont réussi leur diplôme de routard haut la main. Cyril a gagné au passage quelques galons de mécano : les changements de câble de dérailleur, de boîtier de pédalier et autres réglages fins pour que tout tourne rond n’ont (presque) plus de secrets désormais. Et pendant ce temps-là, Cécile peaufine son master en rustinage… un travail d’équipe on vous dit !

Mekong Discovery Trail

Discussions animées chez notre hôte du jour, féru de cartes et curieux de tout.

Discussions animées chez notre hôte du jour, féru de cartes et curieux de tout.

Un jeune touriste allemand voulait jouer au plus malin en nous demandant : « Voyager à vélo, c’est quoi le plan, aller d’un point A à un point B ? ». S’il savait ! Tout se joue entre A et B, précisément : là où l’on touche du doigt le pays dans toute son authenticité. Hors des sentiers battus, on vit le voyage comme un grand match d’impro : sur les rives du Mékong, piégés par un orage torrentiel (formule garantie sans exagération), contraints à s’abriter sous n’importe quelle maison en pilotis, on s’y trouve invités pour la nuit. Soyez à l’aise à l’idée de raconter votre voyage avec les mains, d’incarner l’attraction du village pour la soirée, de manger un repas-surprise et de dormir à même le sol dans la pièce commune, option basse-cour et ménagerie en bande-son à travers le plancher ajouré. Au réveil, on n’a pas pu échapper à la noodle soup en guise de petit-déjeuner, mais promis la générosité de nos hôtes a compensé la nuit presque blanche. En pleine nuit, on s’est même lancé un challenge montage-de-moustiquaire-sur-la-pointe-des-pieds-pour-pas-réveiller-la-famille-qui-dort ! Nos premiers jours au Cambodge sur l’itinéraire confidentiel du Mékong Discovery Trail gardent cette saveur des nuits chez l’habitant, à vivre au plus près du mode de vie traditionnel.

L’échappée khmère en famille

Ailleurs les vaches regardent passer les trains, ici les buffles regardent passer les vélos...

Ailleurs les vaches regardent passer les trains, ici les buffles regardent passer les vélos…

Retrouvailles familiales, la suite ! C’est au tour des parents de Cécile de rejoindre le périple, accompagnés de leurs vélos qui ont eux aussi fait le voyage depuis les Cévennes. Première journée à Phnom Penh : nous visitons Tuol Sleng, dit S21, la tristement célèbre prison des Khmers Rouges. Deuxième journée, on se retrouve captifs de la Pagode d’Argent (pour le coup, une prison dorée à proprement parler) car le ciel s’est donné pour mission de transformer la ville en Venise orientale. Gogo-gadgeto-touktouk transforme-toi en pirogue ! Toujours avec le sourire, les habitants slaloment entre les flaques, traversent à gué, mouillent le maillot et rincent leurs chaussures en attendant l’accalmie. Pour nous, il est temps de partir explorer la campagne cambodgienne : 350 km nous séparent du pôle touristique de Siem Reap et entre ici et là-bas, peu voire pas de point d’intérêt à signaler, du moins pas en apparence.

Les pauses photo font partie du plaisir de l'itinérance à vélo.

Les pauses photo font partie du plaisir de l’itinérance à vélo.

C’est sans compter sur la capacité d’émerveillement que l’on peut développer sur un vélo, où l’on a tout le temps de décortiquer le paysage qui défile sous nos yeux. Tiens, une charrue à zébus qui laboure le champ, et là les enfants qui font un concours de plongeon dans le ruisseau, ou encore les arrêts curiosité dans le village des tailleurs de pierre puis le village des mortiers à riz. Seule ombre au tableau, on n’a pu que déplorer la journée poussière, qui nous a transformés en forçats de la route tout barbouillés. Inutile de préciser le bonheur inégalable que nous a procuré la trouvaille d’un hôtel avec piscine qui n’attendait que nous (tout en se demandant pourquoi diantre là, au milieu de nulle part ?).

Difficile de décrire l’émotion qui nous a étreint lors de la visite des temples d’Angkor sans en dégrader l’intensité. Trois jours pleins à parcourir les vestiges, en partie seulement : immensité inimaginable de ces édifices majestueux, tous différents et tous bouleversants de beauté.

Sorry Omelette

En mode de casque, tout est permis.

En mode de casque, tout est permis.

Constat affligeant, notre anglais première langue a mal vécu le voyage en Asie… en revanche nous avons plutôt progressé en langage des signes. À commencer par le soulevé de couvercles sur les fourneaux pour choisir notre pitance. Nos séquences anglophones se muent en véritable réservoir à répliques choc. On retiendra le mémorable « (question) Why ? (réponse) No, yellow ! ». À table, grand moment de doute face au « Sorry omelette » (mais non c’est pas du tout ce que j’ai commandé). En fait la serveuse s’excusait de son retard. Sur les bords des routes, on s’éclate à répondre aux questions épatantes « What’s my name ? », « What do you from ? » ou « Where are you go ? ». La palme de l’anglicisme admirablement détourné à sa sauce revenant indéniablement à Cyril avec son « You fous de ma gueule !!! » très inspiré. Mythique.

Cuistot-session !

Cuistot-session !

En parlant d’omelette, on a fini par aller voir ce qu’il se passait dans les fourneaux du Cambodge, en prenant un fabuleux cours de cuisine dans la ville de Battanbang. La leçon a commencé par les emplettes au marché local : viande, légumes, herbes aromatiques, lait de coco fraîchement pressé… Puis on a enfilé une toque et un tablier et on a émincé, pilé, ciselé, touillé ; sous la houlette de chef Toot ça ne rigole pas en cuisine ! Après trois heures à mitonner trois plats et un dessert (recettes à suivre, promis), nous avons eu le plaisir de déguster notre œuvre, à l’unanimité le meilleur repas du séjour au Cambodge. Avec en ingrédient vedette, l’irremplaçable bon goût du fait-maison !

Publicités

6 réflexions sur “Cambodge : l’autre plat pays

  1. C’est bon de vous lire à nouveau et de découvrir toujours vos superbes photos. Du grand art.
    On voyage encore et on aime çà Merci

  2. Magnifique comme d’habitude!!! Un vrai bonheur de vous lire et de regarder ces photos sublimes. Plein de bises

  3. Ce sera à la fois une joie de vous revoir bientôt, et une tristesse de ne plus attendre avec impatience le prochain tome des aventures velocipedistes

À vous : faites-nous vibrer avec vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s