Carnets de route/Photos

J’en ai plein le fût !

Vin Argentine_50En parlant de fûts, on pourrait vous entretenir de la vertu des bières brunes par rapport aux blondes en mode tiédasses (remember les apéros du Pérou !) ou des bienfaits du houblon pour la récup du cycliste, sujet déjà largement rebattu dans le milieu. Non non non. Après avoir zigzagué dans la région de Mendoza, nous vous proposons aujourd’hui une petite causerie sur le vin argentin les amis !

Fiesta de la Vendimia

Ambiance de concert

Ambiance au concert de La Vela Puerca

Tout à notre route vers le Sud, nous avons filé droit sur la ville de Mendoza, qui concentre à elle seule plus de 60% de la production de vin argentin. Où débutait, hasard du calendrier, la célébrissime Fiesta de la Vendimia 2015 (fête de la vendange) ! Pour l’ouverture de cet événement majeur, on a eu droit à l’élection de Miss Vendimia, précédée d’un show grandiose réunissant sur scène plus de 300 danseurs. Tout Mendoza avait rendez-vous sur la plaza Independenza, l’immense place centrale. Immensité caractéristique de toutes les places, qui servent de lieux d’évacuation depuis la reconstruction intégrale de la ville, rasée par un tremblement de terre en 1861. Le lendemain, même scène, public plus jeune, grosse ambiance : découverte et coup de cœur pour le groupe de rock La Vela Puerca (Uruguay) ! Jour 3, on finit notre expérience Vendimia avec la Mega Degustacion : salon du vin à ciel ouvert, nous y avons dégusté (tiens donc) des vins inédits pour nos palais, tout en papotant avec des gens passionnés. Trop dure la vie ! On a par la même occasion complété notre popote de camping par un verre à pied. Qui a dit qu’on trinque pas chic au bivouac ?

Apéro-Torrontès

Nouveautés dans nos papilles
On avait commencé très fort notre prise de contact avec le vin argentin en faisant une halte à Cafayate, la capitale du Torrontès. Exclusif du coin, ce délicat vin blanc rappelle délicieusement le Sauternes. Il sied parfaitement à un apéritif, au hasard accompagné d’un assortiment d’empanadas, pour rester dans le thème spécialités locales. Tout avides d’en savoir plus sur la viticulture locale, nous avons visité l’ultra-moderne Musée de la Vigne et du Vin, qui vantait les mérites du climat pour la fabrication d’un vin d’exception. Vignes d’altitude (comme le Colomé, un vignoble renommé qu’on aurait adoré visiter mais totalement hors de portée de nos mollets…) et amplitude thermique sont les maîtres-mots de la vigne de Cafayate. On confirme, c’est plutôt une réussite !

Vin Argentine_46

En mode dégustation

Bien loin des vignobles de l’hexagone, on tenait à goûter des cépages typiquement argentins et en premier lieu, le fameux Malbec. Et dire que son nom provient du vieux français « mauvaise bouche »… chez nous, il sert principalement aux assemblages, notamment dans le Sud Ouest pour le Cahors par exemple. En Argentine, c’est le cépage par excellence. On doit dire que le climat semble bien lui convenir car on a goûté d’excellents malbecs… On a aussi découvert le Bonarda, qui serait connu chez nous sous le nom de Corbeau noir, ça vous parle à vous ? Plus rustique, lors d’une chaleureuse soirée aux écuries d’Andrès (son bébé chat a d’ailleurs squatté notre toile de tente en mode hamac !), on a dégusté un bon vin « du p’tit vieux d’à côté », le truc qui cogne. Remarque, pour accompagner le plat de pâtes à la sauce vodka-fraise (véridique, étonnant et délicieux) qu’il nous a mijoté, c’était insolite et décalé comme il faut…!

Leçon de vigne

Cuves en grès

Cuves en grès

Lors de nos visites de cave à Clos de Chacras et Atamisque, on s’est cultivés sur le vin sa vie son œuvre. Que les fins œnologues nous pardonnent la retranscription sans doute un peu approximative des infos qui vont suivre… Infos livrées en vrac. On a d’abord découvert les filets anti-grêle sur la vigne, une spécialité locale indispensable pour préserver les grappes des intempéries habituelles. Puis on nous a expliqué qu’il existe différentes fermentations du raisin selon son stockage dans une cuve en grès ou en inox. Quant aux tonneaux (pour les vins vieillis en barrique), il en existe en chêne français ou américain. Ils se distinguent par le sens de coupe des planches de bois : l’un dans le sens des nervures de l’arbre et l’autre perpendiculaire, ce qui modifie l’arôme du fût de chêne transmis au vin. Les vins argentins se conservant au grand maximum dix ans, il faut boire vite les 15 millions d’hectolitres produits par an sur les 250 000 hectares de vignoble ! A titre de comparaison, la production française tourne autour des 43 millions d’hectolitres par an (sur les 271 millions produits sur toute la surface du globe), pour une superficie d’environ 800 000 hectares de vignes.

Pause de rêve

Trop dure la vie...

On n’est pas bien là ?

De cette expérience viticole, nous gardons un souvenir paradisiaque de l’estancia Atamisque, l’écrin de la famille Du Montceau qui nous a accueillis à bras ouverts. Entourés de sommets andins enneigés, 700 hectares de verdure abritent harmonieusement vergers, lodges, golf, tennis et bien évidemment un vignoble et sa cave unique dans la région, coiffée d’un toit de lauze. Clou du séjour, le restaurant de poisson fourni par la pisciculture maison, où le chef nous a régalés d’un ceviche de truite et d’une divine paëlla.

Woofing-express à l'estancia San Pablo

Woofing-express à l’estancia San Pablo

Grâce aux bons conseils de Véro (merci Vinalto), nous avons retroussé nos manches pour un woofing-express à l’estancia San Pablo : bénévoles pour l’organisation d’un événement VIP, option déco bouquets de fleurs et montage de tables à l’ombre pour les convives. A la clé, balade à cheval au soleil tombant en compagnie d’un jeune gaucho ! Pensée amicale pour Chantal, John, Véronique, Jean-Etienne, Joséphine, Nelson… merci pour ce break inespéré ! Inutile de préciser qu’il fut bien difficile de quitter ce havre de repos pour enfourcher nos vélos et reprendre la route… qui est encore longue, alors en avant !

Publicités

2 réflexions sur “J’en ai plein le fût !

  1. Votre article est tombé pile à l’heure de l’apéro ici, merci! Sous le soleil de plomb issoldunois, on se croirait en vacances 🙂 Courage pour la reprise. Aaah, les mollets transformés en poche de cubis, on n’aime paaaas…

À vous : faites-nous vibrer avec vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s