Carnets de route/Photos

Roule au-dessous d’un nid de storki

Mais qui qui qui… sont les Storki ??? Toutes mes confuses, j’étais obligée de la faire celle-là ! Eh bien la fine équipe des Storki (prononcer « shtorki », cigogne en alsacien), c’est un sympathique trio vosgi-parisiano-breton, parti sur la route des vins d’Alsace à biclou. Au bilan de ce périple (alléchant, je vous l’accorde) : des cols vosgiens pentus comme on aime, des dégustations de vins à tomber, des nouveaux mots avec consonnes en écrasante majorité, des sites de bivouac aussi charmants qu’humides et des gueuletons parce qu’il faut bien faire honneur à la gastronomie locale. N’insistez pas, on ne vous parlera pas de l’exception climatique du siècle que nous avons vécu dans cette région, la plus sèche de France.

Voyages Alsace Storcki-23

Roïgebrageldi, fleischnaka et… vous prendrez bien un petit verre avec ça ?

Les usages en vigueur en matière d’apprentissage linguistique sur le terrain consistent souvent, il faut bien l’avouer, à connaître en premier lieu les gros mots (sans doute l’instinct de légitime défense). En bons ventres sur pattes que nous sommes, nous avons appris l’alsacien à travers ses noms de plats. En quelque sorte, on peut se vanter d’avoir dégusté l’alsacien. Ahr, choli, délizieux, ya. Encore une belle découverte dont seuls les voyages ont le secret : en Alsace la langue régionale est belle et bien vivante et on se sent vraiment loin de chez soi.

Première dégustation : les roïgebrageldi, des pommes de terre en gratin/purée, cuites au four crues (tout un concept). Sympathique échange avec Éloi, chef de la ferme-auberge le Kholschlagh au col Amic ; entre conseils culinaires et anecdotes sur le grand tétras.

Le soir même : nous avons été royalement reçus chez Marie et Christophe, à Orschwhir. Respectivement 13e et 11e génération de vignerons, ces deux passionnés se sont lancés dans la viticulture en biodynamie (lire « Visite chez Zusslin, vignoble biodynamique ») et c’était captivant de les écouter en parler. Au menu, pour accompagner leurs vins produits avec amour : les fleischnaka ! Littéralement (alsacien-fluent, excusez) : escargot de viande, mot-valise dans lequel on a économisé pas moins de 3 consonnes en regroupant « fleisch » viande et « schnaka » escargot.

Le coup de grâce a été rendu au domaine Runner, chez François et Odile, amis de la famille de Clem à Pfafenheim. En un déjeuner (je répète, déjeuner), nos verres, bien propres jusqu’en haut, ont vu passer : un gewurztraminer, un pinot noir, un autre pinot noir vieilli en fût de chêne celui-là, un gewurtz vendanges tardives et enfin un marc de gewurtz en digestif… même pas peur ! Une rencontre super chaleureuse dont on est sortis un peu en zigzag, le sourire béat et l’œil vitreux.

Au bonheur des col(le/s)

Oui parce que bon, arrivés à ce stade du récit, on dirait qu’on n’a fait que bâfrer, mais on a un peu pédalé aussi, de table en table et de verre en verre. Sur la route des vins, seules les montées dans les coteaux des vignes nous ont valu quelques jolis dénivelés. Côté vosgien, en revanche, de belles bosses ont jalonné notre parcours, dont certaines ont été gardées secrètes par le local de l’étape. Le filou.

Alors dans l’ordre et pour autant que je me souvienne, nous avons monté tout ça : les Croix, le Mesnil, Oderen, le Page, Bussang, Amic, la Schlucht, Grosse Pierre et le Ménil dans l’autre sens. Après La Schlucht, ses 18 km et ses 1100m de dénivelé, on entendit même dans le peloton : « ah je m’attendais à plus dur… ». Une sacrée bande de mollets, je vous dis !

Voyages Alsace Storcki-56

Même pas peur dans la Schlucht !

Dis-moi où tu vas, je te dirais où te perdre

Qui a dit qu’on s’était perdus ? Bon, je reprends. Merci à nos orienteurs strasbourgeois (le petit monsieur fan de vélo et nos hôtes warmshower Geoffroy et Steeve) pour le bon filon du canal Du Rhône au Rhin. Alors bon d’accord, c’est plat, c’est droit, c’est monotone… mais ça permet d’enquiller les kilomètres pour fuir la grande ville (pouah, c’est décidé, le cyclo n’aime pas la grande ville) et puis on s’occupe en regardant les gros poissons et les ragondins.

Attention, intermède animalier. Saviez-vous que les cigognes claquètent, craquettent ou glotorrent ? Oui, trois mots pour exprimer leur cri au doux son de castagnette enrouée. Pour en finir avec le bestiaire, on a aussi joué à cache-biches dans les vignes, merci la prod !

Voyages Alsace Storcki-51

Fin de journée le long du canal du Rhône au Rhin.

Les joies du voyage à vélo

Bilan de l’escapade alsacienne : 400 km en 8 jours, dénivelé 3400 m ++ car le compteur a parfois fait des caprices, et deux chambres à air. C’est mon vtt, le p’tit nouveau de la troupe, qui s’est fait remarquer à côté des expérimentés Pignon et Texou. Première crevaison, que dis-je explosion tonitruante : au beau milieu d’un vide-greniers, j’ai failli me jeter ventre à terre pensant qu’on nous tirait dessus. Ou l’art de passer totalement inaperçu. Deuxième fait d’arme pneumatique : et hop une vis plantée dans mon pneu avant. « Psssccchhhhh » a fait la roue quelques heures plus tard, alors que nous élisions notre lieu de dodo dans les vignes, juste avant un montage de tente diluvien.

Voyages Alsace Storcki-34

Test de la veste de pluie, check !

Je vous laisse sur ces quelques photos de vacances, et pour conclure je citerai l’interview chic et glam de Clem, l’idole des cyclos : « Pour tout vous dire, les vacances à vélo c’est… de la simplicité, de l’amitié, de la descente… En quelques mots, une certaine forme de bonheur. » Rien à ajouter 🙂

Publicités

3 réflexions sur “Roule au-dessous d’un nid de storki

  1. Impressionnantes les photos avec les sacoches sur les vélos en côte! J’ai moi aussi crevé de manière impressionnante il y a quelques jours sur une grosse sortie route. Les petites rustines ne sont pas toujours suffisantes 😉

  2. Merci PM, on est ravis de partager notre envie 🙂 Thibaut, on confirme que la rustine n’est pas LA solution à toutes les crevaisons… C’est ça aussi l’apprentissage du voyage au long cours et de ses imprévus !

À vous : faites-nous vibrer avec vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s